Chemisage de collecteur dans un hôpital à Esch‑sur-Alzette

Comment réparer une fuite très gênante sur un collecteur d’eaux-vannes sans immobiliser tout un service pendant plusieurs jours ? C’est typiquement le genre de problématique auquel répond le chemisage Curaflow, une technique de rénovation des canalisations appliquée récemment au centre hospitalier Émile Mayrisch.

Collecteur fuyard dans un hôpital : petit tuyau, mais grandes conséquences

Lorsqu’un responsable d’équipe d’un grand acteur luxembourgeois dans la maintenance de bâtiments a contacté Curatec pour ce chantier, il faut admettre que nous avons d’abord été surpris par sa demande.

Notre interlocuteur, qui avait déjà pu constater l’efficacité du chemisage dans de gigantesques infrastructures comme des tunnels, souhaitait faire appel à nous pour réparer un seul collecteur d’eaux-vannes… mais vraiment très, très mal placé.

En l’occurrence, ce collecteur était situé dans les étages supérieurs de l’hôpital, juste au-dessus d’un couloir très passant. Pour ne rien arranger, les sanitaires correspondants ne pouvaient être ni condamnés, ni déplacés.

Concrètement, des eaux souillées s’écoulaient de façon intermittente dans des zones fréquentées par des patients comme par le personnel médical.


Pour écarter tout risque d’infiltration ou de maladie nosocomiale, le service d’entretien était donc sur le qui-vive pour intervenir à la moindre alerte et éliminer sur-le-champ toute trace suspecte.

Autant dire qu’une telle situation dans un environnement aussi sensible qu’un hôpital n’était pas tenable très longtemps…

Un chemisage délicat dans un contexte particulier

S’il nous arrive fréquemment de déboucher et de chemiser des colonnes de chute dans de grands ensembles immobiliers, ici, la difficulté était tout autre.

Premier impératif, plutôt habituel pour nos équipes : il fallait intervenir entre 18 h et minuit afin de perturber le moins possible le travail des différents services.

Autre contrainte : ce collecteur en fonte de 125 mm de diamètre ne se trouvait pas dans une gaine technique classique, mais il était fixé dans un faux plafond, lui-même traversé par toutes sortes de canalisations.
Pour repérer le collecteur défectueux, il a fallu d’abord « déhousser » plusieurs tuyaux isolés par des fourreaux en laine de verre pour limiter les bruits d’écoulement.

Le chemisage du collecteur en pratique

Après avoir repéré le collecteur incriminé, nous avons réalisé une inspection vidéo, qui a confirmé que la canalisation était effectivement fuyarde et très corrodée.

Nos techniciens ont ensuite procédé à un nettoyage et à un curage en profondeur, avant de projeter sur les parois internes une nouvelle enveloppe en résine grâce à une unité de chemisage.

Cette unité de chemisage, surmontée d’une tête rotative et équipée d’une caméra haute définition, dépose sur la canalisation une résine époxy, extrêmement dense et résistante, d’une épaisseur moyenne de 2,5 mm. 

2 passes successives suivies d’un temps de séchage de 1 h 30 ont permis de réparer efficacement toutes les fêlures et les fuites, comme l’ont montré une nouvelle inspection vidéo et un test d’écoulement réalisés à la fin de l’intervention.

Nous sommes très heureux d’avoir rendu à notre façon une certaine sérénité au personnel soignant et à l’équipe d’entretien de l’hôpital Émile Mayrisch. Grâce à Curatec, ce collecteur ne fera plus parler de lui pendant 10 ans au moins… et probablement bien plus longtemps encore.

Vous souhaitez discuter avec notre responsable chemisage d’une prochaine intervention ? Laissez-nous vos coordonnées